Archive du mois de mai 2011

Plus de moyens pour la revitalisation du tissu économique

Des valeurs partagées

Hier soir, Mme Odette Durand a remis les insignes de l’Ordre National du Mérite à Mme Danielle Marciano Sannier, équipière Saint Vincent d’Arques pour services rendus aux plus fragiles et aux plus pauvres de notre société, conformément aux principes originels définis par Vincent de Paul.

Cette cérémonie à laquelle j’étais convié a permis de rappeler l’engagement caritatif exemplaire, non seulement de la récipiendaire, mais de toutes les équipières qui se sont succédé à travers le temps au sein de l’équipe arquoise.

Invité à prendre la parole en tant que Député, je l’ai fait aussi en rappelant mes souvenirs de Maire, lorsque j’ai été amené à mettre un local à la disposition des équipières locales pour y fonder un vestiaire à destination des plus démunis.

C’est ce que j’ai pris plaisir à rappeler comme ayant donné le coup de pouce décisif à une activité utile parmi beaucoup d’autres  venues s’ajouter aux dépannages matériels et alimentaires déjà dispensés.

J’ai également insisté sur le partage de ces  valeurs et de cet idéal, faits de dévouement désintéressé, de générosité de cœur et de solidarité auxquels  s’ajoutent  l’indispensable écoute et le  réconfort de l’autre,  dans le  strict respect de sa dignité et de son humanité qui réunit les bénévoles associatifs et les élus soucieux avant toute chose du bien commun.

Un peu comme si continuait de s’accomplir, inconsciemment  et au-delà de ces  légitimes différences d’opinions et de croyances qui font notre richesse collective, la feuille de route donnée par François Mitterrand à Pierre Maurois un certain printemps de 1981 lorsqu’il lui  assignait la mission de «mettre un peu de bleu au ciel des existences obscures».

Voyage au ventre de Paris…

Jeudi dernier, la commission des affaires économiques de l’Assemblée Nationale à laquelle j’appartiens était l’invitée du Marché International de Rungis dans le cadre de la découverte de terrain de la réalité économique française.

Après une brève présentation du Marché par M.Marc Spielrein, PDG de la Semmaris, nous avons arpenté les pavillons de la marée, des produits carnés, des produits laitiers et traiteur, des fruits et légumes et des fleurs.

A chaque fois, nous avons pu discuter avec les professionnels des spécialités et échanger sur les problématiques rencontrées, les perspectives de développement et les tendances lourdes du marché de la nourriture des Français.

Une visite riche d’enseignements sur la production nationale, ses circuits, ses contraintes et surtout les évolutions dictées par les modes, les innovations des maîtres de la gastronomie et les goûts des consommateurs en perpétuelle évolution.

Un moyen aussi de toucher du doigt la réalité vivante de métiers durs mais attachants,  incarnés et admirablement servis par des hommes et des femmes passionnés,  constamment en recherche de qualité et d’excellence.

L’occasion enfin de mesurer le chemin parcouru depuis le temps où  Zola consacrait un livre coloré et  bruyant  sur le microcosme  grouillant et désordonné de l’ancien quartier des Halles…

Des Marianne comme s’il en pleuvait…

L’austère et silencieuse maison qu’est le Conseil Constitutionnel résonnait mercredi de bruyantes et joyeuses apostrophes que s’adressaient des élus de la République, venus recevoir la Marianne d’Or que leur avait value une réalisation exemplaire de leur collectivité.

Présidée par Jean-Louis Debré, président de l’Institution, une cérémonie détendue et bon enfant a vu se succéder sur le podium des élus de tous niveaux qui y ont relaté et décrit succinctement les initiatives et actions novatrices ayant justifié cette récompense honorifique.

C’est au titre du Conseil Général et en représentation du Président Dupilet, que j’y ai participé pour y recevoir la première Marianne d’Or décernée au Département du Pas-de-Calais.

Cette distinction lui a été attribuée pour récompenser la politique environnementale globale et hardie qui y est engagée depuis longtemps à travers le parc naturel, le conservatoire du littoral et  le respect des prescriptions de l’agenda 21.

Ce qui fait que le Pas-de-Calais est,  avec la Corse,  le Département qui a su conserver le littoral le mieux protégé de France et qu’il vient de voir son site exceptionnel des 2 caps retenu à l’inventaire des Grands Sites Naturels.

Décidément, le Pas-de-Calais ne se satisfait pas d’être le département du tunnel sous la Manche, du Louvre-Lens ou bien encore la base arrière des J.O de Londres, mais il s’affirme résolument, au rebours des clichés et idées reçues, comme un grand Département Nature et une destination touristique de premier plan.

D’une manifestation à l’autre…

Ces derniers jours, les événements d’importance n’ont pas manqué dans la circonscription. J’ y  ai retrouvé tous les acteurs d’un territoire qui bouge…

  • Une délégation d’Outre-Mer composée de responsables politiques, Jean Claude Labrador pour la Région, Antoine Karam pour le Département, ou sportifs à l’image de Bernard LAMA, ancien joueur de football professionnel, est venue voir comment le Pas de Calais s’y est pris pour être d’ores et déjà la base arrière des J.O. de Londres. Elle a visité les équipements labellisés en construction ou terminés. Je les ai donc reçus avec les responsables de l’AMGA à Arques où le complexe gymnique unique au monde accueille depuis son ouverture des athlètes du monde entier. Ils en sont repartis subjugués !

  • Tout le gratin des élus et forces vives locales était à Dohem dernièrement pour inaugurer le dispositif de résorption des zones d’ombre du haut débit numérique en milieu rural. Désormais et grâce au volontarisme des intercommunalités au premier rang desquels la Caso et son agence d’urbanisme a pu constater avec satisfaction que la fracture numérique entre monde urbain et monde rural du Pays de Saint Omer n’était plus qu’un mauvais souvenir Une preuve de plus du dynamisme audomarois à travers ses structures actuelles et de l’intelligence collective dont savent faire preuve tous ceux qui ont pour seul objectif le développement et le rebond économique du territoire. En attendant maintenant la mise en place du très haut débit, grâce à la candidature  du Pays retenue par la Région  comme zone expérimentale et secteur pilote.

  • Et puis,  c’était hier la labellisation de la salle de badminton d’Aire sur la Lys en vue des JO 2012. Cette reconnaissance officielle s’est faite à l’occasion du tournoi des 6 Nations qui s’y déroulait déjà. Une preuve par l’exemple que ces équipements phares étaient une nécessité, qu’ils sont déjà puissamment attractifs internationalement,  et surtout qu’ils serviront de leviers de développement endogène et exogène comme nous en étions intimement convaincus.

  • Hier aussi, le Centre de Formation d’apprentis du Doulac à Saint Omer ouvrait ses portes pour faire découvrir à tous ses axes de développement dans le domaine de la formation et de l’intégration des jeunes par les métiers de l’agriculture et du maraîchage. Toutes les exigences d’une agriculture responsables et durables y sont intégrées et l’expérience des circuits courts appliquée par l’approvisionnement de restaurations scolaires dans les lycées agricoles du secteur. Une découverte pleine de promesses pour nombre de jeunes qu’une équipe talentueuse et motivée forme et prépare à une activité noble,  saine et durable. L’inauguration d’un pont à l’ancienne et la présentation de techniques agricoles respectueuses de la nature et de la planète ont heureusement complété cette enrichissante visite.

  • Et ce dimanche de la Fête de la Victoire des démocraties sur le nazisme s’est agrémentée de la clôture de la randonnée en aviron dite des nénuphars qui s’est déroulée dans le site remarquable de l’embarcadère de Houlle, en plein cœur du marais. Pas moins de 300 rameurs venus de partout s’y étaient donnés rendez-vous et y ont découvert une des richesses naturelles incomparables de notre département en s’extasiant que de tels joyaux puissent  être encore aussi peu connus… Un défi de plus que nous nous devons de relever !