Archive du mois de septembre 2010

Appel à la mobilisation le 2 octobre!

A la va vite et après un simulacre de concertation, pour des raisons purement électorales, N.Sarkozy a décidé de passer en force pour réformer un des acquis majeurs de notre pacte républicain : la retraite par répartition.

Résultat : un projet marqué du triple sceau de l’injustice, du déséquilibre et de l’inefficacité.

Et des centaines de milliers, voire des millions de Français dans la rue à deux reprises pour dire leur colère, leur sentiment d’injustice et leur refus de cette réforme contraire à l’égalité républicaine.

 J’ai et aurai encore souvent hélas l’occasion de dire à quel point cette construction, dont le Ministre du Travail nous rabâche, habitué qu’il est au mensonge effronté, qu’elle serait un modèle d’équité et de sagesse, est en réalité un monument de politique de classe préservant les riches et les plus favorisés de la société française.

Il ne faut pas, dès lors, s’étonner  que la révolte gronde et que, malgré le sacrifice financier énorme que représente une journée de grève dans un faible salaire, tant de monde se soit mobilisé et tant d’autres aient protesté par procuration !

J’étais auprès d’eux jeudi dernier à Arras pour leur dire ma solidarité dans ce juste combat et pour les assurer que si un changement politique intervient en 2012, la Gauche reprendra ce dossier de fond en comble pour lui substituer le contre projet équilibré et durable qu’elle a préparé et dont la Droite s’acharne à proclamer sans l’examiner qu’il n’existe pas !

Voilà pourquoi aussi, je serai avec toutes celles et tous ceux qui, le 2 octobre prochain seront dans la rue, en famille et je l’espère fort nombreux pour témoigner résolument de leur attachement à un système solidaire, équilibré et efficace plutôt qu’à celui, indigne d’une République sociale que veut nous imposer un pouvoir égoïste fasciné par le monde de l’argent.

Tags:

Question de la semaine

Faut-il stopper la politique d’expulsion des Roms pour ne pas se mettre à dos l’Europe?

Voici ma réponse parue dans l’Echo de la Lys cette semaine :

« Oui, il faut mettre un terme au plus vite à cette politique d’expulsions sur des bases ethniques que nous sommes les seuls à pratiquer en Europe, avec l’Italie de Berlusconi!D’abord, parce qu’elle est contraire au droit européen qui accorde la libre circulation à tous les citoyens de l’Union, et qu’elle aboutit à expulser, aux frais des contribuables français, des Roms roumains qui reviendront aussi vite qu’ils seront partis…Ensuite, parce qu’au lieu de s’attaquer aux vraies causes de l’insécurité et pour masquer son échec patent en la matière, le Gouvernement cherche des boucs émissaires et pratique une politique indigne de notre Histoire et contraire à la tradition humaniste de la France.

D’autant que pour justifier ces actions déshonorantes, nos dirigeants ont trompé la Commission Européenne en prenant une circulaire clairement ciblée sur les Roms et menti sur la politique de l’Allemagne qui n’a renvoyé aucun citoyen européen et encore moins démantelé des « camps ».

Ce qui a valu à notre pays d’être montré du doigt par les plus hautes autorités telles que l ‘ O.N.U, le pape et nos partenaires européens, en nous attirant la réprobation unanime de la communauté internationale.Pour se donner bonne conscience et justifier l’injustifiable, certains ironiseront sûrement sur le prétendu laxisme et le supposé angélisme de ceux qui placent très haut les droits de l’Homme et le respect de l’individu.

En oubliant au passage que c’est par la défense de ces valeurs, et non par le rejet, la persécution et la répression aveugle des minorités que la France a été grande, forte et respectée à travers le monde.

Voilà pourquoi la stigmatisation de toute une communauté à partir d’actes individuels condamnables doit rapidement cesser alors que les délinquants de toutes sortes et les fauteurs de troubles devraient être impitoyablement mis hors de nuire.

En retrouvant plus de mesure et raison, le président de la République ferait bien de s’atteler à une tâche autrement  urgente: redonner un minimum de grandeur à sa prestigieuse fonction, restaurer l’image grandement abîmée de la France et rendre aux Français l’honneur et la fierté de leur pays. »

Reflets d’un week-end en circonscription

Cette fin de semaine en circonscription a été comme à l’ordinaire bien chargée en manifestations de tous ordres. Je vous en donne  un aperçu à travers quelques-unes d’entre-elles.

Vendredi matin, ce fut une visite à la journée halieutique organisée à l’intention de ses partenaires institutionnels à Mametz par le Fédération de pêche du Pas–de-Calais. L’occasion pour moi de discuter avec Pascal Saillot son nouveau président des craintes qui traversent le monde des pêcheurs au coup devant la perte d’adhérents. Sans pouvoir sacrifier vraiment au plaisir de taquiner le gardon, j’ai néanmoins dialogué de façon constructive avec les acteurs de la protection des eaux douces et des milieux aquatiques qui se veulent résolument défenseurs de l’environnement.

Puis un peu plus tard, ce fut le conseil d’administration de la Coupole tenu à la forteresse de Mimoyecques. Un nouveau challenge pour les gestionnaires et personnels du Centre d’Helfaut qui intègrent un deuxième ouvrage monumental avec les risques que cela comporte pour l’équilibre budgétaire alors que le planétarium de la Coupole va sortir de terre.

La journée s’est conclue par un magnifique concert d’orgues et de chœurs à la cathédrale de Saint-Omer dans le cadre du festival départemental Contrepoint 62. Un public nombreux et conquis a partagé un moment exceptionnel dû au volontarisme culturel du Conseil Général, mais pour combien de temps encore puisque les moyens des collectivités fondent comme neige au soleil sous les assauts répétés du pouvoir UMP?

Le samedi a commencé par des noces d’or à Blendecques, s’est poursuivi par un repas d’aînés très joyeux à Helfaut et s’est poursuivi par la visite du grand chantier routier de Racquinghem qui voit toute la traversée de commune remaniée de fond en comble. Une réalisation réclamée depuis longtemps en vain à l’Etat et qui est devenue réalité,  dès lors que le Conseil Général est devenu responsable de nombre de routes nationales… Un constat de satisfaction dressé par tous les élus locaux et départementaux qui m’accompagnaient.

 

La soirée s’est déroulé à Aire sur la Lys où une magistrale conférence sur la ville et son aménagement urbain  au 18ième siècle a drainé des centaines d’auditeurs passionnés dont je faisais partie. Une révélation de plus sur la richesse de notre patrimoine architectural local à la veille des journées nationales du patrimoine.

Le dimanche a été principalement consacré au 64ième Grand Prix cycliste d’Isbergues qui a mobilisé les foules et proposé un spectacle haletant. J’ai pu suivre la course avec les responsables de l’épreuve qui m’avaient gentiment invité et ai pu vérifier la popularité de l’épreuve et du sport cycliste tout au long d’un parcours sélectif jalonné par un large public. La 65ième édition verra à coup sûr le jour pour le plus grand plaisir de toute une région.

 

Encore un marathon dominical riche d’émotions, de belles rencontres et d’enseignements!

L’UMP vient d’enterrer la retraite à 60 ans!

J’ai participé à l’examen en première lecture de l’acte de décès de la retraite  à 60 ans rédigé par la majorité UMP – Nouveau Centre à l’Assemblée Nationale.

Reniant tous ses engagements et ceux  mêmes du président de la République sur ce point précis,  les députés  de droite ont préféré écouter le Medef et les agences de notation pour enterrer une mesure emblématique de la Gauche des années 80 et une avancée sociale qui a rendu justice et apporté des années d’ embellie et de vie en plus  à des millions d’existences modestes et obscures.

Cette loi de progrès, qui n’a nullement mis la France à genoux,  restera l’honneur des gouvernements de François Mitterrand et l’un des marqueurs incontestables de la différence ineffaçable entre la Droite et la Gauche.

Certes, l’évolution des temps et l’allongement moyen de la durée de la vie, auquel la retraite à 60 ans n’est sans doute pas totalement étrangère, commandait de réformer notre système.

Mais, si des évolutions sont nécessaires  -  et je suis le premier à en  convenir – le nouveau dispositif se devait d’être juste, équilibré et efficace parce que durable.

Ce qu’il n’est en rien puisqu’il accable ceux qui ont commencé à travailler très jeunes, sont usés par une carrière longue et pénible, ou ont eu des carrières incomplètes et hachées telles que de nombreuses  mères de famille.

A ne rien vouloir entendre pour intégrer ces notions de bons sens et de justice, le Gouvernement et l’hôte de l’Elysée ont fait le choix de l’iniquité et s’exposent par égoïsme et esprit de système à mécontenter notre peuple dans ses profondeurs.

Pas  de vraie reconnaissance de la pénibilité et du caractère mortifère de certaines expositions et métiers!

Pas de prise ne compte des parcours professionnels  chaotiques subis ni du chômage contraint !

Aucune volonté de faire supporter équitablement les charges et les efforts financiers supplémentaires par les revenus du capital et ceux du travail!

Et pas de suffisamment de courage pour régler la question de l’équilibre des comptes au-delà de 2018!

On le voit bien, cette bataille à la hussarde qui se traduira certainement par une victoire à la Pyrrhus, obéit d’abord et avant tout à des préoccupations électorales immédiates à horizon 2012!

Pour des raisons triviales et subalternes, voilà une formidable occasion manquée de forger, sur un dossier majeur de société,  un  consensus national sur fond d’effort et de justice.

Voilà pourquoi je m’opposerai et voterai résolument contre ce projet funeste et injuste mercredi prochain à l’Assemblée Nationale, conscient d’être en cela  le porteur fidèle de la colère et de la volonté de l’immense majorité de ceux qui m’ont si souvent honoré de leur confiance.

Question de la semaine

Faut-il renforcer la législation sur les crimes et délits commis en récidive?

Voici ma réponse :

« Ce que je constate, c’est qu’en  moins de 3 ans, 3 lois aggravant lourdement  les peines des récidivistes ont été votées  sans que  rien ne change!

A mon sens, les causes de cet échec se  trouvent ailleurs. Et pour tout dire,  essentiellement  dans le refus du Gouvernement de se donner les moyens humains et matériels suffisants pour suivre, contrôler et soigner sérieusement les criminels à leur sortie de prison. Alors, au lieu de verser dans le compassionnel médiatisé à l’égard des proches et familles des victimes, le président de la République et ses ministres feraient  bien  de renoncer une fois pour toutes à la facilité des déclarations définitives et des imprécations tonitruantes jamais suivies d’effet… Pour les remplacer par exemple par des policiers, des psychologues et du personnel de santé mentale chargés de surveiller au plus près et en temps réel  les délinquants jugés récupérables. Tout en généralisant pour eux,  alors que les crédits nécessaires n’ont jamais été débloqués jusqu’ici,  l’usage  du bracelet électronique, meilleur instrument de surveillance mobile connu à ce jour. Cela aurait le mérite d’être beaucoup  plus efficace  pour la sécurité des Français que les rodomontades officielles que l’on nous sert depuis 2007 en guise d’action publique, en ce domaine comme dans beaucoup d’autres…»

Tags:

Arretez le scandale!

Mais dans quel pays sommes-nous ?

A  voir ce qui se passe depuis des semaines dans notre pays, alors que chaque jour nous révèle les nouvelles turpitudes d’un ministre de la République liées à ses relations incestueuses avec le monde de l’argent, à sa confusion permanente entre le noble service du pays et celui de son parti  et  au conflit d’intérêts érigé en mode de gouvernance, on pourrait se croire échoué en la plus glauque des républiques bananières…

Toutes les dénégations, tous les mensonges répétés de l’intéressé et de ses amis et complices n’y feront rien : la preuve de la collusion coupable et sulfureuse d’un clan avec les maîtres du CAC 40 et les obligés d’un  régime amis des riches est  désormais établie aux yeux des plus indulgents des Français pour les errances de certains élus.

La tâche originelle de la soirée au Fouquet’s n’y est sans doute pas étrangère, mais le sentiment de toute – puissance et  d’impunité qui habite sans états d’âme ceux qui nous gouvernent n’a rien, mais rien à voir,  avec la République irréprochable que nous promettait un certain N. Sarkozy au printemps, radieux pour lui, de l’année 2007 !

Aujourd’hui, la République,  dont le ressort des serviteurs devrait être la vertu, est atteinte en plein cœur et son image est pour longtemps atteinte et  gravement ternie.

Alors, il faut que celui par qui le scandale est arrivé s’en aille sans délais et se rappelle que pour ceux qui manquent à l’honnêteté et à l’honneur, plus que jamais la Roche Tarpéienne est proche du Capitole…

En tous cas, nul n’est plus disqualifié que lui, pour imposer une réforme des retraites injuste aux millions de Français  qui n’ont et n’auront jamais que leur pension durement acquise pour tout patrimoine…

Question de la semaine

N’est-il pas dangereux pour l’éducation de nos enfants de laisser à des professeurs stagiaires faire cours alors qu’ils n’ont jamais été confrontés auparavant à une classe ne serait-ce que durant un stage?

Voici la réponse que j’ai apportée:

« Bien sûr que c’est dangereux! Pour les enseignants débutants d’abord. Ces derniers ont une connaissance théorique très poussée et un enthousiasme intact, mais transmettre son savoir est un métier qui s’apprend. Cela s’appelle la formation pratique et la pédagogie. C’est pourquoi livrer ces jeunes professeurs à une classe, le plus souvent dans des quartiers difficiles, ne peut que décourager les vocations. Sans conseils, ni préparation, ces enseignants en herbe se sont vus promettre un simple tutorat, qui se fait toujours attendre, alors qu’ils sont déjà immergés dans les classes.

Mais les autres victimes de cette politique ravageuse sont les élèves. Car, les plus fragiles d’entre eux risquent de cumuler les retards et de rejeter l’institution scolaire avec les conséquences désastreuses que l’on imagine aisément. Au double titre d’ancien enseignant et d’élu, je ne peux que m’indigner devant l’approche idéologique et la gestion calamiteuse de l’éducation nationale par un gouvernement qui a choisi de sacrifier l’avenir de la Nation! »

Tags: